De Koufra à Strasbourg, l’épopée de Leclerc

Le général Leclerc - Philippe François Marie de Hauteclocque - fut l’un des principaux chefs militaires de la France Libre. Simple capitaine en 1940, il sera rapidement promu colonel et s’illustrera à de nombreuses occasions.

Le général Leclerc, un militaire au parcours légendaire

Le serment de Koufra en 1941

« Jurez de ne déposer les armes que lorsque nos couleurs, nos belles couleurs, flotteront à nouveau sur la cathédrale de Strasbourg ». C’est en ces termes que, en mars 1941, le colonel Leclerc, commandant de la Force L (comme Leclerc), fait jurer à ses compagnons d’armes de se battre jusqu’à la libération de la grande ville d’Alsace. Le serment est prononcé à Koufra, une oasis située dans le Fezzan, à l’extrême sud de la Libye, qu’il vient de conquérir sur les Italiens.

1942 -1943 : de Fezzan à Tunis !

En 1942, Leclerc mène une nouvelle opération sur le Fezzan, et, en décembre de cette même année, avec 4 500 hommes et des centaines de véhicules, il attaque vers le nord. Il fait sa jonction avec l’armée britannique de Montgomery, en janvier 1943. En mai suivant, les gaullistes font partie des vainqueurs de la campagne de Tunisie qui s’achève.

1943 : naissance de la 2e DB et débarquement en Normandie

Devenue 2e division française libre, la troupe de Leclerc est constituée, en août 1943, en 2e Division Blindée (DB), appelée souvent Division Leclerc. Celle-ci compte 16 000 hommes et 7 000 chars, blindés et camions.
En avril 1944, cette grande unité gagne la Grande-Bretagne d’où elle doit prendre part aux opérations de débarquement en Normandie. Elle prend pied à Utah Beach fin juillet et se déploie sur le champ en ordre de bataille. La Division Leclerc, intégrée à la 3e armée du Général Patton, participe activement à la campagne de Normandie, libère Alençon puis se dirige vers Paris.

1944 : De la libération de Paris à la libération de Strasbourg

Les soldats de la 2e DB sont les premiers à entrer dans Paris. Deux jours plus tard, le 25 août, le général Leclerc reçoit la reddition du général von Choltitz. La capitale est libérée dans la liesse. De Gaulle et Leclerc descendent côte à côte, en vainqueurs, les Champs-Elysées. Mais la guerre n’est pas finie… La 2e DB repart de Paris le 8 septembre 1944 en direction de l’Est. Elle se bat dans les Vosges puis parvient dans Strasbourg le 23 novembre, tenant le serment fait à Koufra.
La 2e division blindée, prendra alors part à la bataille des poches de l’Atlantique, franchira le Rhin en avril 1945 et atteindra, le 5 mai, la résidence de Hitler, à Berchtesgaden, où elle attendra la fin des hostilités.

Comme tous les soldats engagés dans ce conflit, le général Leclerc et ses hommes ont sans doute dû affronter le Jagdpanther… Le plus redoutable chasseur de chars allemand. Aucun char allié ne pouvait se vanter de lui tenir tête et tous craignaient le face à face avec ce monstre.

Article Précédent

Sur le même sujet

Une conception de base commune à tous les chasseurs de chars

Comme tous ses « frères d’armes », sa conception répondait à une double contrainte de coût et de simplification de production.

Lire la suite

Le Sd.Kfz. 173 Jagdpanther, un chasseur de char hors norme

Entre 1944 et 1945, le Jagdpanther a su se montrer particulièrement efficace et resta dans la mémoire des alliés comme l’un de leurs pires ennemis.

Lire la suite

Marquages et camouflages des chars français

Au XXe siècle, la portée et la puissance de feu des armes impliquent l’abandon des uniformes voyants, le camouflage devient de mise.

Lire la suite

Nos coups de coeur

Locomotives électriques de légende
Locomotives électriques de légende €99 Frais d'envoi offerts
Montres gousset : à la gloire des locomotives
Montres gousset : à la gloire des locomotives €99 Frais d'envoi offerts
Pilotes de la Seconde Guerre Mondiale
Pilotes de la Seconde Guerre Mondiale €99 Frais d'envoi offerts

Votre panier

Article

quantité

prix

Supp.

Total hors livraison

Frais de livraison

Total